Découverte de la lasnierite, une nouvelle espèce minérale !

La lasnierite, nouvelle espèce minérale, a été décrite sur des cristaux micrométriques grâce à la combinaison de plusieurs techniques : le prélèvement de nano-lamelles par découpe au faisceau ionique (FIB), l'affinement dynamique des clichés de diffraction électronique, et la précession des électrons en mode tomographique. Cette combinaison de techniques est très prometteuse car on peut désormais décrire de nouvelles espèces sur des cristaux de quelques microns, soit un volume 1000 fois plus petit que nécessaire jusqu'à présent pour la classique diffraction aux rayons X.

lasnierite 400px

 © Benjamin Rondeau / LPG

Une équipe pilotée par le Laboratoire de Planétologie et Géodynamique (CNRS/Univ Nantes/Univ Angers), a récemment découvert une nouvelle espèce minérale : la lasnierite. Ce nouveau minéral est un phosphate de calcium, strontium, magnésium, fer et aluminium. Sa structure n'était pas connue jusqu'à présent, de même qu'une composition chimique dans ces proportions : c'est ainsi que se définit une nouvelle espèce minérale. Il porte le nom de lasnierite en l'honneur du professeur en retraite Bernard Lasnier, qui a effectué l'essentiel de sa carrière à l'université de Nantes. Il a fondé le Diplôme d'Université de Gemmologie (DUG) en 1984, et c'est pendant un cours de DUG que la lasnierite a été repérée, en 2015, presque par hasard. Trois ans plus tard, l'étude complète a été validée le 20 mars 2018 par l'International Association of Mineralogy, et la description de l'espèce vient d'être acceptée pour publication au European Journal of Mineralogy.

La découverte d'une nouvelle espèce minérale est un événement plutôt rare : entre 10 et 50 espèces sont décrites tous les ans. La description de la lasnierite s'est faite sur des cristaux très petits, et rendue possible grâce à l'avènement de plusieurs nouvelles technologies : le prélèvement de nano-lamelles par découpe au faisceau ionique (FIB), l'affinement dynamique des clichés de diffraction électronique, eux-mêmes obtenus par précession des électrons en mode tomographique. Ces techniques sont très prometteuses car elles permettent désormais de définir une espèce minérale même quand les cristaux sont très petits, de l'ordre de la dizaine de micromètres (un centième de millimètre).

Il n'a été trouvé pour l'instant que cinq petits cristaux infra-millimétriques de lasnierite, dans un unique échantillon de pierre taillée ! C'est donc pour l'instant une espèce rarissime. L'échantillon type a été déposé au Muséum National d'Histoire Naturelle à Paris. Peut-être sera-t-elle un jour trouvée en abondance dans un autre gisement, ou pourquoi pas, sur une autre planète ? En attendant, elle vient compléter l'inventaire des 5300 espèces minérales connues aujourd'hui sur Terre et dans les météorites.

 

structure lasnierite          Cette image est la reconstitution à l'échelle atomique de la structure de la lasnierite, phosphate d'aluminium, fer, magnésium, calcium et strontium.

 

L'équipe qui a permis cette description rassemble des chercheurs de l'université de Nantes (Laboratoire de Planétologie et Géodynamique, Institut des Matériaux Jean Rouxel), de l'Université de Lille (Unité Matériaux et Transformations, Unité de Catalyse et Chimie du Solide), d'Aix-Marseille Université (CEREGE), du Muséum National d'Histoire Naturelle (Laboratoire de Physique des Milieux Condensés).

Pour présenter la lasnierite et les nouvelles techniques de définition d'espèces minérales, une conférence sera donnée à l'amphithéâtre du Laboratoire de Planétologie et Géodynamique le jeudi 17 janvier 2019 à 13h.