Les sols vitrifiés du désert d’Atacama (Chili): des traceurs d'incendies naturels à la fin du Pleistocène

 

En dehors des volcans, les roches vitrifiées sur terre résultent d'incendies spontanés déclenchés ou alimentés par des composés organiques fossiles (charbon ou gaz) qui produisent ce que les géologues appellent des «paralavas» ou laves paradérivées. Mais on connait aussi des verres formés lors d'impact hypervéloces d’astéroïdes. Distinguer entre les deux origines s'avère souvent assez évident en présence de veines de charbon dans le premier cas ou de cratère d’impact dans le second. En l’absence d’évidence directe pour un impact ou d’un contexte géologique favorable pour la formation de paralavas, certains verres ont été interprétés comme le résultat de l'explosion à très basse altitude de matériel cométaire ou astéroïdal. Dans ce cas et par analogie aux explosions nucléaires, l’énergie cinétique de l’astéroide ou de la comète se transforme en radiations suffisamment intenses capables de vitrifier la surface du sol en un temps très court.

 * Référence : Roperch Pierrick, Jérôme Gattacceca, Millarca Valenzuela, Bertrand Devouard, Jean-Pierre Lorand, Cesar Arriagada, Pierre Rochette, Claudio Latorre, Pierre Beck. Surface vitrification caused by natural fires in Late Pleistocene wetlands of the Atacama Desert, Earth and Planetary Sciences Letters, 469, 15-26, Avril 2017

 > En savoir plus