langue

Le rover Perseverance confirme l'existence d'un ancien lac et delta fluvial sur Mars !

Le rover Perseverance vient de confirmer l’intérêt de son site d’atterrissage : le cratère Jezero a bien abrité un lac, alimenté par une rivière via un delta, il y a 3,6 milliards d’années. Dirigée par Nicolas Mangold, directeur de recherche CNRS au Laboratoire de Planétologie et Géodynamique, l’équipe internationale a notamment impliqué en France des scientifiques de l’Université Claude Bernard Lyon 1 et de l’Université Toulouse III – Paul Sabatier1 et publie ses conclusions le 7 octobre dans Science. Ces observations ont été obtenues grâce à l’instrument Supercam du rover de la NASA, construit en France sous l’autorité du CNES.

Arrivé en février dernier à la surface de Mars, Perseverance a rapidement débuté ses investigations afin de mieux comprendre l’histoire passée de la planète rouge. Dans cette toute première étude issue des données de ce rover, menée par Nicolas Mangold, le rover de la Nasa a permis de confirmer l’intérêt de son site d’atterrissage et apporte de nouveaux éclairages sur son évolution hydrologique.

gilbertcomparaisonB 700px Détails de la butte Kodiak montrant les strates sédimentaires successives, dont certaines inclinées,
comparés à coupe des strates d'un delta terrestres. Crédit image : NASA/JPL-Caltech/LANL/CNES/CNRS/IRAP/LPG

 

Le cratère Jezero avait été choisi car les images satellites donnaient des indices géologiques évoquant notamment un ancien lac au débouché d’une vallée fluviale. Perseverance a justement observé dans cette zone un ensemble de strates sédimentaires inclinées, prises en sandwich entre des strates horizontales : une géométrie typique de celle des deltas sur Terre et qui permet de déterminer le niveau du lac lors de ces dépôts. Ces résultats confirment et précisent le passé lacustre du cratère Jezero : il y a 3,6 milliards d’années, l’étendue d’eau faisait plusieurs dizaines de mètres de profondeur et s’étendait sur tout le fond du cratère Jezero, une surface d’environ 35 km de diamètre.

 

> Lire le communiqué de presse publié le 7 octobre par le CNRS et le CNES

> Portrait de Nicolas Mangold