Survol de la Terre par la sonde BepiColombo

Le 10 avril dernier, la mission BepiColombo a achevé son premier et unique survol de la Terre. Au moment de l’approche de la Terre, une séquence d'images a été réalisée par l'une des caméras selfie MCAM. La distance à la Terre est passée d'environ 26 700 km à 12 800 km au cours de la capture de la séquence. La manœuvre, la première d'une série de neuf survols mais la seule autour de la Terre, a aidé à diriger la sonde vers Vénus alors qu'il se rapproche progressivement de son orbite cible autour de Mercure. Au cours de son voyage de sept ans en direction de la plus petite planète tellurique du système solaire, BepiColombo utilisera deux fois la gravité de Vénus et six fois celle de Mercure.

 

BepiColombo s last close up of Earth during flyby 20200410 625Crédit: ESA/BepiColombo/MTM, CC BY-SA 3.0 IGO

 

Lancé le 20 octobre 2018, BepiColombo est la première mission européenne ayant pour sujet d’étude la planète Mercure. À son arrivée, fin 2025, la sonde subira des températures supérieures à 350 ° C et collectera des données au cours de sa mission nominale d'un an, avec une possible prolongation d'un an.

BepiColombo se compose de deux orbiteurs scientifiques : l’orbiteur planétaire de Mercure (MPO) de l’ESA et l’orbiteur magnétosphérique de Mercure (MMO ou « Mio ») de la JAXA. Construit par l’ESA, le module de transfert vers Mercure (MTM) transportera les orbiteurs jusqu’à Mercure en combinant un système de propulsion hélioélectrique et plusieurs manœuvres d’assistance gravitationnelle dont un survol de la Terre, deux survols de Vénus et six survols de Mercure avant les insertions en orbite de MPO et MMO. L'orbiteur MPO, avec ses 11 instruments dédiés à la cartographie et l'étude de la surface de Mercure et de son atmosphère et l'orbiteur MMO, fourni par le Japon, étudiera notamment le champ magnétique de Mercure, sa magnétosphère et l'espace interplanétaire interne grâce à ses cinq instruments.