Le sismomètre d'InSight dispose désormais d'un abri confortable sur Mars

Au cours des dernières semaines, l'atterrisseur InSight de la NASA a ajusté le sismomètre placé sur la surface martienne le 19 décembre. Il franchit une nouvelle étape en plaçant un bouclier en forme de dôme sur le sismomètre SEIS pour permettre à l'instrument de collecter des données précises. Le sismomètre donnera aux scientifiques un premier aperçu de l’intérieur profond de la planète rouge, en les aidant à comprendre comment celui-ci et d’autres planètes rocheuses se forment.
Le bouclier anti-vent et thermique aide à protéger l'instrument hypersensible des agitations du vent, qui peuvent ajouter du "bruit" à ses données. La forme aérodynamique du dôme fait que le vent le pousse vers la surface de la planète, lui assurant ainsi de ne pas se retourner. Une jupe faite de cotte de mailles et de couvertures thermiques lui permet de s’installer facilement sur n’importe quelle pierre, même s’il en existe peu à l’emplacement d’InSight.

Une préoccupation encore plus grande pour le sismomètre d'InSight est le changement de température, qui peut dilater et contracter des ressorts métalliques et d'autres pièces à l'intérieur du sismomètre. Là où InSight a atterri, les températures fluctuent d’environ 94 ° C (170 ° F) au cours d’une journée sur Mars.

depotWTS  Crédit : NASA/JPL-Caltech

 

Sur Terre, les sismomètres sont souvent enterrés à environ 1,2 mètre sous terre dans des voûtes, ce qui permet de maintenir la température stable. InSight ne peut pas construire de chambre forte sur Mars. La mission s'appuie donc sur plusieurs mesures pour protéger son sismomètre. Le bouclier est la première ligne de défense.

Le SEIS lui-même est une deuxième ligne de défense, spécialement conçue pour corriger les variations brusques de température sur la surface martienne. Le sismomètre a été construit de manière à ce que certaines parties se dilatent et se contractent, d’autres le font dans le sens opposé pour annuler partiellement ces effets. De plus, l’instrument est scellé sous vide dans une sphère en titane qui isole ses composants sensibles et réduit l’influence de la température. 

Mais même cela ne suffit pas. La sphère est enfermée dans une boîte hexagonale de couleur cuivre. Les parois de cette boîte en nid d'abeilles sont constituées de cellules qui emprisonnent l'air et l'empêchent de se déplacer. Mars fournit un excellent gaz pour cet isolant: son atmosphère mince est principalement composée de dioxyde de carbone qui, à basse pression, est particulièrement lent à conduire la chaleur.

Avec ces trois barrières isolantes, SEIS est bien protégé des "bruits" thermiques qui s'infiltrent dans les données et masquent les ondes sismiques que l'équipe d'InSight souhaite étudier. Enfin, la plupart des interférences supplémentaires provenant de l'environnement martien peuvent être détectées par les capteurs météorologiques d'InSight, puis filtrées par les scientifiques de la mission.

Avec le sismomètre posé au sol et couvert, l'équipe d'InSight se prépare pour sa prochaine étape: déployer la sonde de flux de chaleur, appelée ensemble de flux de chaleur et de propriétés physiques (HP3), sur la surface martienne. Cela devrait arriver la semaine prochaine.