Macromolécules organiques complexes provenant de l'intérieur d'Encelade

 enceladus NASAJPLSpace Science Institute 500px

Près d’un an après son ultime observation de la lune Encelade et la fin de sa mission dans le système de Saturne en septembre 2017, l’analyse des données recueillies par la sonde Cassini-Huygens continue de livrer des témoignages essentiels de l’activité de cette petite lune. Les découvertes passées de la sonde concernant Encelade, initiées par la détection en 2005 d’un panache cryo-volcanique spectaculaire au voisinage du pôle sud, incluent notamment la présence d’un océan salé sous une croûte de glace d’épaisseur très variable et au dessus d’un noyau poreux dont les roches chauffées par les marées, interagissent avec l’eau liquide. Dans un article publié aujourd’hui dans le journal Nature auquel Gaël Choblet et Gabriel Tobie ont contribué, une analyse plus poussée des matériaux éjectés par le panache au pôle sud d'Encelade indique la présence de macromolécules organiques complexes, pouvant compter jusqu’à 15 atomes de carbone. Celles-ci pourraient même être des fragments de molécules encore plus massives que les instruments de Cassini n’ont pas été conçus pour détecter. La provenance de telles molécules organiques semble être l’intérieur profond de la lune et leur origine est probablement liée à l’activité hydrothermale mise en évidence récemment. Cette découverte confirme le statut de cette petite planète comme la plus propice pour la détection et l’analyse des constituants qui ont donné lieu sur Terre à l’apparition de la vie.

 

> Référence bibliographique : Macromolecular organic compounds from the depths of Enceladus, F. Postberg, N. Khawaja, B. Abel, G. Choblet, C. R. Glein & al., Nature, vol. 558pages564568 (2018)

> Communiqué de presse ESA publié le 27 juin 2018 : http://sci.esa.int/cassini-huygens/60460-complex-organics-bubble-from-the-depths-of-ocean-world-enceladus/

> Crédit image : NASA/JPL/Space Science Institute