Propositions de stages de Master 2 au LPG (année 2018 - 2019)

*) Érosion-sédimentation dans la région de Terra Sabaea, Mars.

Les missions spatiales récentes ont permis de révéler les traces morphologiques et minéralogiques suggérant la présence d'une ancienne hydrosphère ayant sculpté la surface de Mars. Dans quelle mesure Mars était-elle plus chaude, plus humide qu'à l'heure actuelle et pendant combien de temps sont encore des questions débattues. L'objectif de ce stage sera de cartographier des structures d'érosion fluviatile (vallées, chenaux...) et de sédimentation (dépôts alluviaux) dans la région de Sabaea, à partir d'images orbitales acquises dans le visible à différentes résolutions spatiales (de la dizaine de mètres à 25 cm par pixel) et de données topographiques (MOLA, HRSC, CTX...). Cette cartographie sera complétée par des analyses morphométrique et stratigraphique. L'analyse stratigraphique relative pourra être complétée par une estimation de l'âge absolu des surfaces par comptage de cratères d'impact météoritiques. Ce s résultats permettront de reconstituer l'histoire géologique de la région. Un bilan de flux sédimentaire pourra être réalisé, permettant de mieux comprendre les processus fluviatiles à l'origine de ces structures sédimentaires, d'évaluer les quantités d'eau liquide impliquées, la durée des processus et les taux d'érosion-sédimentation dans cette région martienne.

Encadrement: Véronique Ansan et Laetitia Le Deit (LPG).

*) Caractérisation spectrale des clathrates mixtes CO2-CH4, CO2-N2: Applications à Encelade et à Europe.

L'exploration des systèmes de Jupiter et de Saturne respectivement par les missions Galileo (1996-2003) et Cassini-Huygens (2004-2017) a permis d'identifier différents éléments volatils à la surface de plusieurs lunes glacées de ces planètes géantes, en particulier le CO2, le CH4 et le N2. Aux conditions de pression et de température attendues dans la subsurface de ces lunes, ces gaz se combinent avec les molécules d'eau pour former des structures cristallines particulières appelées clathrates d'hydrates de gaz. Ces structures ont la particularité de constituer des cages dans lesquelles les molécules gazeuses, CO2, CH4 ou N2, peuvent être piégées. Les travaux menés au LPG ces dernières années ont permis de montrer que les clathrates de CO2 et de CH4-N2 ont une signature spectrale en infra-rouge et raman qui permettrait de les identifier à la surface des lunes glacées. Comme les clathrates d'hydrate deviennent instables une fois exposée s à la surface, l'identification de ces composés à la surface des lunes permet de mettre en évidence des processus d'échange actifs. L'analyse des données VIMS/Cassini suggèrent que des clathrates riches en CO2 seraient présents au niveau du pôle sud d'Encelade. Néanmoins, la signature spectrale ne coïncide pas parfaitement avec ce qui est attendu pour des clathrates de CO2 purs. Ceci pourrait indiquer que la signature spectrale est affectés par la présence d'autres gaz et qu'il s'agirait plutôt de clathrates mixtes. Il n'existe malheureusement aucune donnée spectrale pour de tels clathrates pour tester cette hypothèse. Des clathrates mixtes, riches en CO2, pourraient également être identifiés dans le futur sur la lune de Jupiter Europe par Europa Clipper et JUICE. Dans ce contexte il est important d'acquérir des données de référence en laboratoire et de comprendre comment la présence de différents gaz piégés dans les clahtrates affectent leur signatur e IR et Raman. L'objectif du présent stage est d'acquérir des nouvelles données en s'intéressant aux systèmes CO2-CH4 et CO2-N2. La méthodologie se reposera sur les travaux précédents qui ont été menés au laboratoire (Oancea et al. 2012, Nna Mvondo et al. en révision) et une comparaison avec les données spectrales acquises par Cassini sera réalisée.

Encadrement: G. Tobie, E. Le Menn, M. Massé, S. Le Mouélic (LPG).

*) Intégration de données de planétologie dans un système de réalité virtuelle.

Le laboratoire de planétologie et Géodynamique de Nantes (CNRS – Université de Nantes) participe activement aux missions d'exploration du Système Solaire. Dans ce cadre, de nombreuses données produites soit par les sondes orbitales, soit directement au sol par des rovers (cas de Mars) doivent être manipulées pour extraire l'information scientifique, et faciliter leur interprétation géologique. Le stage proposé consistera à travailler sur la manipulation et l'intégration d'images et de modèles numériques de terrain acquis par les sondes spatiales (autour et à la surface de Mars) dans une application de réalité virtuelle, afin de permettre un survol immersif 3D temps réel des paysages, ou bien un déplacement au sol sur le trajet d'un rover martien, reconstitué par photogrammétrie, sans dégrader la qualité des images utilisées. Nous disposons au laboratoire de systèmes de rendu 3D (écrans 3D et 4 videoprojecteur 3D montés en mode CAVE) et de réalité virtuelle (casque Oculus rift et HTC Vive, avec trackers HTC). Une partie importante du travail sera consacré à l'implémentation d'une solution de tracking pour le CAVE et à l'utilisation des trackers HTC.

Encadrement: Stéphane Le Mouélic (LPG).

*) Amélioration des processus de phytoextraction du cuivre sur sols viticoles associée à la bioaugmentation.

Afin d'optimiser les performances de phytoextraction couplée à la bioaugmentation et de proposer cette solution dans des contextes appropriés (rôle des caractéristiques des sols), deux points seront traités : les caractéristiques du sol, en particulier la disponibilité en fer (liée au pH et à la teneur en calcaire), connue pour réprimer au-dessus d'un certain seuil la production de pyoverdine, peuvent-elles moduler les performances de phytoextraction ? L'inoculum bactérien survit-il et sur quelle durée. Si oui, produit-il de la pyoverdine (sidérophore suivi plus particulièrement) ?

Encadrement: Thierry Lebeau (LPG).

*) Formation de sels sur les corps glacés du Système Solaire : expérimentations en laboratoire et analyses d'observations spatiales.

Water-soluble minerals ("salts", e.g., sulfates, nitrates, perchlorates, carbonates, chlorides) are common at the surface of the Earth and there is growing evidence for their existence on several other bodies of the Solar System such as Mars, some icy moons, some comets and the dwarf planet Ceres. On the present-day Earth, these minerals generally form by in-situ weathering of primary minerals or by evaporation of saline waters. Both processes involve chemical reactions that are generally assumed to require large water amounts and temperatures above the melting point of water. By analogy, extra-terrestrial salts have often been interpreted as indicators of warm environments with high water-rock ratios. At the present time however, these physical conditions are seldom encountered in extra-terrestrial settings. Thus, the ubiquity of salts in the Solar System raises the question of whether these minerals can form by alternative processes, which would challeng e numerous environmental interpretations proposed thus far for their formation. The aim of the project is to determine whether and how salts can crystallise in the absence, or with very limited amounts, of liquid water, at the surface or in the subsurface of planetary icy bodies. For that purpose, the successful candidate will perform laboratory experiments of crystallisation of Na2SO4, CaSO4 and NaCl salts in water ice at low temperatures. The experimental results will be analysed by Raman and Optical Spectroscopy, X-Ray Diffraction, Scanning Electron Microscopy and any other relevant laboratory analytical technique. Analyse and interpretation of infrared spectroscopic data acquired by former and current space missions on Mars (OMEGA/Mars Express, CRISM/Mars Reconnaissance Orbiter) and on the icy moons of Jupiter and Saturn (NIMS/Galileo, VIMS/Cassini) will complement this experimental work. These experiments and observations will provide a basis for the interpretation of spectros copic and grain analysis data acquired by the Europa Clipper and JUICE missions that will be launched in 2022 towards the Jupiter system.

Encadrement: Olivier Bourgeois, Benjamin Rondeau, Gabriel Tobie (LPG).

*) Origine de veines de gypse et anhydrite sur Terre et analogies avec Mars.

Le rover Curiosity a observé des veines de gypse et anhydrite tout au long de sa traversée. Ces veines recoupent les roches sédimentaires fluvio-lacustres en suggérant un ou plusieurs épisodes de circulations de fluides. L'origine du soufre et des fluides restent incomprises, de même que la profondeur d'enfouissement. Dans les Alpes italiennes, un ensemble de roches sédimentaires fluvio-lacustres est traversé par des veines de gypse, probablement formées lors de deux phases. Nous souhaitons analyser ces veines afin de déterminer si l'origine des fluides et du soufre peut apporter des éléments de réponses aux questions martiennes. Le stage se passera en deux parties. Une première partie sera focalisée sur l'analyse minéralogique (Infra-Rouge) et chimique (LIBS) d'échantillons récoltés sur le terrain en Italie. La deuxième partie focalisera sur le contexte géologique de ce terrain et les analogies avec les observations du rover Cur iosity sur Mars. 

The Curiosity rover analyzed the presence of gypsum and anhydrite veins along its traverse. These veins cross fluvial and lacustrine sedimentary rocks in probably two or more phases of fluid circulation. The origin of sulfur and fluids remains misunderstood, as is the burial depth. In the Italian Alps, a series of fluvial and lacustrine sediments display similar veins formed in, at least, two phases. The internship will focus on the origin of these veins in Italy and try to find comparisons with the examples observed on Mars. The internship will consist of two parts. A first part will include mineralogical (Near-IR) and chemical (Laser Induced Breakdown Spectroscopy, LIBS) analyses while the second part will focus on the geological context on the field and with comparisons to the Mars rover. Le stage se passera pour partie à Nantes (incluant 1 ou 2 semaines à Toulouse pour les analyses LIBS) et en partie à Padoue incluant, si possible, quelques jours de terrain. The internship will be in two locations, first in Nantes (including 1-2 weeks in Toulouse for LIBS analyses) and second in Padova (including a few days of field work, if possible).

Encadrement: N. Mangold (LPG), M. Massironi (Padoue).

*) Géologie de Jezero crater, site d'atterrissage du rover NASA 2020.

Jezero crater a été sélectionné comme futur site d'atterrissage du rover 2020 de la NASA en raison de son contexte géologique favorable : un ancien cratère qui a joué le rôle de paleolac (présence de deux deltas) et dont le remplissage se compose de plusieurs types de roches (sédimentaires et volcaniques) à la minéralogie diversifiée (phyllosilicates, carbonates, basaltes). Le stage aura pour but de cartographier morphologiquement et minéralogiquement avec le plus de détail possible l'ellipse du site d'atterrissage, en particulier en couplant les données spectrales orbitales et les données d'imagerie visible. Ce travail est préparatoire à la mission et en particulier aux données de l'instrument franco-américain SuperCam. 

Jezero crater is selected as a landing site for the future 2020 NASA rover thanks to its favorable geological context : an old impact crater (with two delta fans) filled by various rocks (both sedimentary and vol canic) with diverse mineralogy (phyllosilicates, carbonates, basalts). The internship goal will be the detailed mapping the landing ellipse both using hyperspectral mapping and visible images. This study will prepared the rover traverse, especially for the F-US SuperCam instrument.

Encadrement: Nicolas Mangold (LPG).

*) Modélisation du champ magnétique de Jupiter avec les mesures JUNO.

La mission JUNO est en orbite autour de Jupiter. Elle vient d'effectuer sa première couverture complète de Jupiter. Parmi les instruments, il y a un magnétomètre, qui mesure le champ magnétique de Jupiter à des positions jusqu'ici inédites. Dans ce stage on propose de regarder ces mesures, de les sélectionner, et de construite un modèle global du champ magnétique de Jupiter, en considérant différentes approches de modélisation, avec et sans régularisation. À partir des modèles obtenus, on pourra déterminer les propriétés globales du champ jovien, et par exemple, déterminer dans quelle région de la planète ce champ magnétique est généré.

Encadrement: Benoit Langlais (LPG).

*) Ondes de glace sur Pluton.

Grâce au survol de Pluton par la sonde américaine New Horizons en juillet 2015, la surface de la planète naine nous est apparue étonnamment jeune et active. Les images ont en effet révélé des plaines et des montagnes (White et al. (2017) and Moore et al. (2017)) faites de glace de différentes compositions : eau, azote, méthane et monoxyde de carbone (Schmitt et al. (2017)). Les cycles de sublimation/condensation saisonniers de ces glaces sont responsables d'une grande partie des morphologies de surface. La sublimation est un phénomène rare sur Terre mais l'analyse des cycles de sublimation/condensation sur la calotte polaire martienne a révélé la formation d'ondulations périodiques formées par ce processus. Des ondulations périodiques ont également été observées sur la zone de Sputnik Planitia dont la surface est riche en glace d'azote. L'objectif de ce stage sera 1. d'analyser les morphologies de surface afin de repér er de potentiels autres sites montrant des rides, 2. de cartographier ces rides et de les décrire (morphologie, dimension, longueur d'onde,...), 3. de comparer la carte réalisée aux données de composition afin d'étudier l'impact du type de glace sur ces rides, et enfin 4. de déterminer si des cycles de sublimation/condensation du méthane sur des échelles de temps courtes (T. Bertrand et al. (2018)), peuvent bien être responsables de la présence de ces motifs périodiques à la surface de Pluton. La première partie de ce stage utilisera des logiciels de SIG tel que ArcGis. La deuxième partie du stage s'appuiera sur les résultats issus du code de stabilité développé au LPG dans le cadre de la thèse de Maï Bordiec pour estimer les longueurs d'ondes caractéristiques à rechercher dans le cas de la sublimation et/ou de la condensation. Si le temps le permet, ce travail pourra être complété par une comparaison avec les rides observées sur la calotte Nor d de Mars, déjà étudiées au laboratoire, et permettra de déduire les directions des vents prédominants aux endroits où ces ondes apparaissent. Biblio T. Bertrand et al (2018), The nitrogen cycles on Pluto over seasonal and astronomical timescales Icarus Telfer et al., (2018) Dunes on Pluto Telfer et al., Science 360, 992–997 White, et al. (2017). Geological mapping of Sputnik Planitia on Pluto. Icarus 287, 261–286. doi: 10.1016/j.icarus.2017.01.011 . Moore, et al. (2017). Sublimation as a landform- shaping process on Pluto. Icarus 287, 320–333. doi: 10.1016/j.icarus.2016.08.025 . Schmitt, B., et al (2017). Physical state and distribution of materials at the surface of Pluto from New Horizons LEISA imag- ing spectrometer. Icarus 287, 229–260. doi: 10.1016/j.icarus.2016.12.025.

Encadrement: Tuteur de stage : Sabrina Carpy (LPG); Co-encadrants : Olivier Bourgeois, Maï Bordiec (LPG).

*) Étude expérimentale du système H2O-CO2-NH3 -- Application aux lunes-océans du Système solaire.

La structure interne des hydrosphères des grands satellites de glaces (Europe, Ganymède, Callisto et Titan) est contrôlée par les conditions physico-chimiques (pression, température et composition) régnant dans ces corps. L'utilisation du diagramme de phase de l'eau pure a permis l'établissement de la structure suivante: croûte de glace Ih en surface, océan liquide et, sauf sur Europe, couche basale de glace haute pression. Cependant la présence d'espèces en solution (ioniques et non ioniques - héritées et/ou issus d'interactions fluides/roches) induit d'importantes modifications - densités, conductivité électrique, mais aussi pressions et températures associées aux transitions de phases - qui sont à même de bouleverser notre vision actuelle de la structure interne de ces hydrosphères. Parmi ces espèces, l'ammoniac (NH3) et le dioxyde de carbone (CO2) sont, de par leurs abondances initiales, leurs stabilités et leurs aptitudes à f ormer des phases condensées, des candidats susceptibles de jouer un rôle prépondérant. Aussi, une meilleure connaissance du système H2O-CO2-NH3 pour les conditions P,T et X rencontrées dans les satellites de glaces préside à l'élaboration de modèles plus aboutis de leur structure interne mais aussi, plus largement, à une meilleure compréhension de leur histoire évolutive. Ce stage propose la réalisation expérimentale du diagramme de phase du système H2O-CO2-NH3 pour les conditions rencontrées dans les hydrosphères des satellites de glaces (ie: P = 0.1-1.5GPa, 250-400K, [CO2] + [NH3] = 0.1 - 10 pd.%). Les expériences, conduites au LPG, se décomposeront en deux étapes: 1) réalisation de solutions présentant des concentrations en NH3 et CO2 contrôlés, 2) étude du comportement ces solutions dans l'espace P-T au moyen d'une cellule à enclumes diamant couplée à un spectromètre Raman, 3) détermination des conditions de stabilité des cristaux de carbonate d'ammonium.

Encadrement: G. Tobie, C. Fauguerolles, E. Le Menn (LPG).

*) Étude expérimentale du transport des sédiments par les saumures sur Mars.

Un grand débat existe concernant le rôle que l'eau liquide a joué sur les processus de surface actifs observés récemment sur Mars (e.g., Conway et Balme, 2016; Dundas et al., 2017b, 2017a; McEwen et al., 2011). Les morphologies créées par ces processus étant fortement similaires à celles formées par de l'eau liquide sur Terre (e.g., Levy et al., 2011; Malin et Edgett, 2000), certains chercheurs ont suggéré que l'eau liquide a joué un rôle sur la surface martienne. Cependant, de récents travaux expérimentaux ont suggéré que l'eau liquide en conditions martiennes peut transporter des sédiments via des processus d'ébullition inconnus sur Terre (Herny et al., 2018; Massé et al., 2016; Raack et al., 2017). Les sels sont connus comme étant abondants sur la surface martienne, cependant leur potentielle influence sur le transport des sédiments lié à l'écoulement d'eau n'a été exploré que lors d'une unique série d'expé riences (Massé et al., 2016). Dans le cadre de ce projet, l'étudiant effectuera un mois d'expériences en laboratoire dans la chambre martienne de l'Open University (Milton Keynes, UK) sous la supervision de Susan Conway et Jan Raack (University of Munster). Ces expériences font suite et suivront la même procédure que celle effectuées par Raack et al. (2017) et Herny et al. (2018) mais utiliseront des saumures à la place de l'eau pure. Si le temps le permet, des expériences utilisant un écoulement d'eau pure sur un substrat riche en sels et d'autres types de matériaux pourront être réalisées. En complément du travail en laboratoire, l'étudiant aura l'opportunité de réaliser des calculs avec les données produites par un modèle climatique global de Mars, dans le but d'explorer où et quand les conditions propices à l'écoulement d'eau pure ou de saumure pourraient se produire sur la surface actuelle et récente de Mars. L'étudiant devra êt re familier avec les processus de surface modernes de Mars, posséder une bonne expérience en SIG et/ou en programmation et être motivé pour apprendre de nouvelles techniques informatiques. L'étudiant acquerra des compétences dans l'exécution et la mise en place d'expériences, la manipulation et l'analyse de données expérimentales et numériques, y compris la réalisation de Modèles Numériques de Terrain (MNT) utilisant la photogrammétrie multi-vue, de la programmation basique et l'utilisation de routines ArcGis. Ce projet est en partie financé par Europlanets et par GeoPlanet.

Encadrement: Susan Conway (LPG), Jan Raack, Manish Patel (Open University).

Soutien technique : Marion Massé (LPG).

*) Contraintes sur les conditions pré-éruptives des systèmes volcaniques terrestres : Message d'inclusions vitreuses dans différents contextes géologiques.

Les inclusions piégées dans les cristaux sont des portions de liquides et fluides magmatiques provenant des profondeurs de la Terre. Ces inclusions contiennent des informations sur les conditions (P-T-X) qui prévalent à l'intérieur de la Terre pour les processus magmatiques, métamorphiques et volcaniques. De fait, l'étude des inclusions permet de développer des modèles physico-chimiques depuis l'intérieur jusqu'à la surface de la Terre à l'équilibre ou en déséquilibre. Dans le cadre de ce stage, nous envisageons de faire l'étude d'inclusions vitreuses et fluides dans des échantillons magmatiques provenant de différents contextes : pipe kimberlitique (Afrique du Sud) ; lave boninitiques de l'arc océanique de Bonin (Japon) ; ainsi que l'étude de veines de liquides magmatiques dans des péridotites (xénolites) du volcan Karthala (Comores). Avec les outils à notre disposition (microsonde électronique, spectroscopie Raman et LA ICP MS), nous déterminerons 1) la composition en éléments majeurs des inclusions ; 2) la spéciation et les teneurs en éléments volatils (C-H-O-S(-N)) ; et 3) les signatures en éléments traces. Ces trois aspects nous permettront de contraindre la composition ; l'évolution de la source magmatique profonde et d'établir les relations entre les trois contextes d'étude en comparant le type de métasomatisme. Nous serons en mesure de proposer un modèle d'évolution P-T-X pour ces systèmes géologiques particuliers.

Encadrement: Andréa Di Muro (Observatoire La Réunion, IPG Paris), Christèle Guivel, Yann Morizet, Sebastian Tappe (University of Johannesburg), Antoine Triantafyllou (University of Arizona).

*) Rôle des complexants organiques dans la transformation de l'opale du sol.

Encadrement: Benjamin Rondeau (LPG). Co-encadrants : Thierry Lebeau (LPG), Yann Morizet (LPG), Guy Louarn (IMN), Isabella Pignatelli (Géoressources, Nancy).

Cliquer sur le titre pour consulter le projet.

*) Modélisation de l'évolution thermique de Vénus.

La compréhension des ressemblances et différences entre Vénus et la Terre demeure une question clé, et non résolue, des sciences planétaires, notamment dans le cadre de la meilleure caractérisation à venir des exo-planètes telluriques : une planète de la taille de la Terre dans la zone habitable de son étoile pourrait ressembler à l’un ou l’autre de ces corps, fort dissemblables. Au delà d’une masse et d’un rayon (et donc d’une densité moyenne) très comparables à ceux de la Terre, la nature de l’atmosphère, les modalités tectoniques et magmatiques, l’absence de champ magnétique, une rotation singulière ainsi que l’absence d’un satellite naturel font aujourd’hui de Vénus une « sœur » on ne peut plus éloignée. Toutes ces différences sont sans doute attribuables, au moins en partie, à l’évolution profonde de ces corps.

Ce stage se propose d’établir des modèles d’évolution thermique 1-D de Vénus et d’étudier les couplages avec l’évolution de son atmosphère et de sa rotation. Différents ingrédients devront être considérés, comme les régimes convectifs (couvercle stagnant ou mobile, tectonique des plaques..) via des lois de paramétrisation, le refroidissement lié au magmatisme, le refroidissement du noyau (lié ou non à une cristallisation de la graine), le dégazage interne associé au volcanisme et l’évolution de la rotation vers son état actuel. Cette étude rentre dans le cadre de la préparation du projet de mission européen EnVision vers Vénus (à l’étude à l’ESA), l’évolution thermique de Vénus pouvant par la suite être contrainte par une meilleure connaissance de la structure radiale actuelle de ce corps (épaisseur de la lithosphère, viscosité mantellique), ainsi que de son activité volcanique actuelle et passée.

Compétences requises : De bonnes connaissances en géophysique et dynamique interne sont souhaitables, ainsi qu’une maitrise correcte d’un langage de programmation (ForTran, C++, Python..).

Financement : CNES.

Encadrants : C. Dumoulin, G. Choblet, G. Tobie (LPG).

*) Origine des dépôts de silice sur Mars : signature proche-infrarouge de l'opale biogénique et hydrothermale.

Encadrement : Benjamin Rondeau (LPG). Co-encadrants : Laetitia Le Deit (LPG), Nicolas Mangold (LPG).

Cliquer sur le titre pour consulter le projet.

*) Inferring the level of equatorial symmetry in Earth's core flow from numerical dynamos and geomagnetic field models

Dominant rotational effects in outer core dynamics are expected to produce equatorially symmetric flows (Jault, 2008). The observed geomagnetic secular variation (SV) can be explained by core flow models with imposed equatorial symmetry (Gillet et al., 2015). However, other effects including turbulence, magnetic diffusion and boundary heterogeneity might break this symmetry. Indeed, core flow models without imposed equatorial symmetry contain a significant amount of anti-symmetry (Amit and Pais, 2013).

Comparable geomagnetic SV power in its symmetric and anti-symmetric parts could be explained by field-flow interactions (Amit et al., 2018). In particular, if the symmetric flow is nearly aligned with the field, then it will produce little advective SV. Unravelling such field-flow interactions is therefore crucial to understanding the symmetry properties of core dynamics.

In this M2 stage the student will analyze output from self-consistent 3D numerical dynamo simulations. The radial field and the tangential flow at the top of the core will be decomposed into symmetric and anti-symmetric parts. Multiple SV contributions resulting from the interactions of the different field and flow parts will be calculated and visualized. The objective is to establish the efficiency of each of these interactions in inducing SV in the dynamo models. The results will be applied to the observed geomagnetic SV in order to infer the field-flow interactions and level ofequatorial symmetry of the flow at the top of Earth’s core.

Compétences souhaitées: A fundamental level of mathematics, programming and deep Earth geophysics.

Encadrement: Hagay Amit (LPG).

*) Etude de la déformation fluide syn-sédimentaire des grès ordoviciens d’Algérie : Caractérisation et implications réservoirs.

Encadrant : Edouard Ravier (Le Mans Université).

Cliquer sur le titre pour consulter le projet.

*) Régime de déformation cénozoïque du Bassin de Neuquén et des domaines de socle adjacents (avant-pays Andin) : apport de l'analyse des surfaces d'aplanissement.

Encadrants : Paul Bessin  et Alain Zanella (Le Mans Université).

Cliquer sur le titre pour consulter le projet.